404 : Page non trouvée
We're sorry, but the page you are looking for doesn't exist.
You can go to the homepage

Nos derniers articles

Je vous présente aujourd’hui un nouveau concours en partenariats avec Drakonya ! Après notre précédent concours qui avait été un petit succès, nous voulions encore une fois vous faire plaisir. Comme vous l’aurez lu dans le titre de ce billet, nous vous proposons aujourd’hui de gagner Assassin’s Creed Unity, ou Assassin’s Creed Rogue, sur la console de votre choix !

Comment faire pour gagner Assassin’s Creed Unity ou AC Rogue ?

Alors, c’est quelque chose de très simple. Vous devez vous inscrire sur le site de Drakonya à cette adresse, et aller liker leur page facebook.

Et si vous voulez avoir une chance supplémentaire de gagner, il vous suffit de nous follow sur notre compte Twitter et de RT le tweet en dessous !

Simple n’est-ce pas ? ;)

Et pour les gens déjà inscrit sur Drakonya, vous avez une chance supplémentaire de gagner par achat sur le site, et une autre chance supplémentaire de gagner par tranche de 10 objets mis en vente sur le site !

Aaaah… Elle est belle la vie !

concours assassin's creed unity rogue

Et puis laissez dans les commentaires toutes les informations nécessaires pour vous contacter en cas de victoire (compte Twitter / Facebook, adresse mail). Ce serait bête que votre lot soit remit en jeu si nous n’avons aucun moyen de vous contacter.

Le tirage au sort sera effectué par moi même le 30 novembre, ce qui vous laisse un peu plus d’un mois pour participer.

Bonne chance à tous !

The Evil Within Cover

 

Souvenez vous, en 1996 Capcom nous sortait un jeu de manière un peu timide, pensant que ce jeu allait bider. Ce jeu s’appellait Resident Evil, créé par Shinji Mikami. Or cela n’a pas été le bide que Capcom s’attendait, à la place le jeu a cartonné et la série a continué jusqu’à aujourd’hui avec Resident Evil 6 et ses différents spin-off. Resident Evil est souvent considéré comme le papa du jeu survival horror, mais c’est si l’on oublie Alone In The Dark dont Shinji Mikami s’est beaucoup inspiré. Cet homme a quitté Capcom après Resident Evil 4, considéré par beaucoup comme le seul bon mélange entre Action et thème Horror. Mais quand Shinji Mikami nous annonce un nouveau Survival Horror nommé The Evil Within, nous avons tous les droits de penser que ça révolutionnera à nouveau le genre, pas vrai ?

Je suis un détective !

The Evil Within est un « Survival Horror » (on y reviendra plus tard) où l’on incarne Sebastian Castellanos un détective qui doit enquêter dans un asile. A son arrivée, tout le monde est mort de manière assez sanguinolente, il assiste à la mort de certains de ses collègues puis se fait assommer. Enfin il se réveille dans un monde fort étrange où des créatures cherchent à se débarrasser de lui. Le scénario est très confus dans l’ensemble, les dialogues ne sont pas très inspirés même si le voice acting s’en sort bien. Le problème, c’est qu’il y a trop de questions qui restent en suspend, même si l’on lit les notes disséminées dans le jeu. The Evil Within aura une suite à n’en pas douter, il fait tout pour faire comprendre qu’il y aura une suite. Cela plaira à certains, le scénario est placé dans un univers surréel un peu comme dans un Silent Hill, mais pour encore chipoter sur le scénario, il a probablement été amputé pour le Season Pass . En effet, le feuillet de la version Retail, annonce deux DLC où l’on jouera avec Juli Kidman, une alliée de Sebastian, ce qui pour moi sous-entend que cela aurait pu être dans le jeu de base si il n’y avait pas eu de Season Pass de prévu.

The Evil Within Sebastian

 

Sebastian Castellanos est un détective très torturé.. 

Resident Evil Within 4

Enfin bref, revenons en au jeu. Après s’être réveillé dans ce monde étrange, on se rend compte bien vite que le jeu ne va pas nous tenir par la main. Les ennemis sont bien salauds. Ils feront souffrir Sebastian très facilement, perdre de la vie et mourir ne sera pas quelque chose d’inconnu dans le jeu. Les balles sont limitées, très limitées. Contrairement à un Resident Evil 6 où l’on se trimballe quinze millions d’armes avec deux milliards de munitions, ici l’on aura pas mal d’armes certes, mais avec si peu de munitions. Pour dire, j’ai même eu peur de coincer dans une séquence du jeu pour le test car j’avais gaspillé trop de munitions. C’est un très bon point pour ce jeu, on ne se sent jamais complètement en sécurité, même avec des armes car les ennemis font très mal et l’on ne peut pas porter énormément de munitions.

The Evil Within Dead

Vous allez mourir assez souvent.

Le jeu en soi ressemble beaucoup à Resident Evil 4, le jeu fait d’ailleurs référence aux différents RE ou autres films d’horreur. D’autant plus le côté TPS qui rappelle aussi le dernier RE de Mikami. Tout comme dans un RE4, The Evil Within nous donne la possibilité d’upgrader nos armes, ainsi nous pouvons transporter plus de munitions, avoir une meilleur précision, un meilleur temps de rechargement, plus de dommages …Cependant, en plus d’avoir une upgrade de matériel, nous pouvons upgrader Sebastian pour qu’il court plus longtemps, qu’il ait plus de PV grâce à du gel vert qui sert de monnaie dans le jeu (enfin le joueur « n’achète pas » mais dans la pratique c’est comme un shop.) . Il y a un léger système de craft permettant de crafter des flèches pour son arbalète. C’est sympathique dans l’idée, dans la pratique, c’est trop simpliste. Il faut le même élément pour chaque type de flèche, seule la quantité change.

The Evil Within Gun

Avoir plus de 10 balles dans la même arme est une bénédiction.

Alone In The Dark

Le jeu se passe globalement dans des environnements très sombres et la plupart du jeu se joue sans allié dans des environnements très…saignant. Vous n’avez pas intérêt à avoir peur du sang si vous voulez jouer à ce jeu, car vous allez être servi. Le jeu est « gore » même si ça reste subjectif. Je regrette cependant que le jeu est gore juste pour être gore. J’entends par là que cela n’apporte pas grand chose voir rien que ce soit à l’ambiance ou à l’atmosphère. Ces environnements sont remplis d’ennemis qui chercheront à en découdre si vous n’êtes pas discret, pour les tuer le joueur a plusieurs choix, soit le Stealth Kill pour éviter de se faire repérer, de l’explosion de crâne avec des armes à feu ou contondantes que l’on trouvera ici et là, ou encore, comme dans le dernier Alone In The Dark, en brûlant les ennemis avec des allumettes ou des torches. Le jeu comporte 15 chapitres, et il y aura quelques séquences de boss. Ces boss ne sont pas mauvais, mais ils n’apportent rien. Ce sont des boss avec des méthodes pour les tuer on ne peut plus classique.

Petite anecdote rigolote, Alone In The Dark a créé le genre Survival Horror. Resident Evil s’est inspiré de Alone In the Dark. Le reboot de Alone In The Dark s’est inspiré de RE 4 pour son côté action et sa vue à la troisième personne et nous avons maintenant The Evil Within, qui s’inspire à nouveau du reboot Alone In The Dark, pour l’utilisation du feu comme moyen de tuer les ennemis complètement. Le gameplay est globalement assez Old School dans ce jeu, ce n’est pas pour me déplaire.

Die & Retry au format cinémascope

Ce côté Old School a ses faiblesses, il y a énormément d’endroits très Die & Retry, ce qui n’a pas lieu d’être dans un Survival Horror. Mourir car, comme dans un Last Of Us, on s’est fait repéré et les créatures nous démolissent, ok, pas de problème. Mourir car il faut choisir entre pile ou face et que l’on a pas le bon, juste non ( véridique en plus.). D’ailleurs, le gameplay est handicapé grandement par deux facteurs, le FOV et le format cinémascope. Il est impossible de modifier le FOV à partir des options du jeu, alors que le FOV est super mal choisi dans ce jeu. Le zoom est tellement prononcé sur les armes, que l’on est souvent paumé dans les endroits exigus et à cause de ça la caméra part complètement en couille. Ces moments dans les couloirs sont très rageants quand il faut tuer des ennemis qui, en plus de ça, peuvent se rendre invisible. Enfin, le format cinémascope du jeu. Le jeu a son format d’image comme si vous regardiez un film. Le problème, c’est que cela nuit à la lisibilité, il est impossible de le changer sans passer par la console du jeu, et en plus avec les cinématiques faites avec le moteur du jeu, il est encore plus difficile de se rendre compte quand la cinématique est finie.

The Evil Within Die  Retry

Je vous laisse imaginer ce que ça donne dans un lieu étroit :)

Mais je pense savoir pourquoi ce format a été choisi. Nous sommes sur un jeu pauvrement fait sur PC. Il n’y a quasiment aucune option graphique que l’on peut choisir. Vous pourrez choisir le taux de grain de film pour économiser les perfs, la qualité des ombres, les SSAO, le motion blur, et la réflexion. Rien pour les textures, rien pour les shaders, rien sur le FOV et en plus de ça le jeu est lock à 30fps si l’on ajoute pas une commande dans la console. Oui, oui, 30 FPS sur le PC, la plateforme de la « Master Race » qui paye cher son matériel pour avoir au minimum du 1080p/60fps sur ces jeux. Le 60fps par la console est mal foutu de toute façon, le jeu prétend nécessiter 4GB de VRAM, et pourtant en jouant sans grain de film, sans motion blur et avec tout le reste au maximum, ma GTX770 Lightning n’était utilisée qu’à 55% maximum et le frame rate n’était pas constant, même avec un I5 3570K en Turbo Boost, je naviguais au niveau des fps entre 40~50fps si je devais faire une moyenne.

D’autant plus que, comme tous les jeux IdTech5, l’on a un jeu franchement pas crade qui propose des environnements variés, des beaux effets de lumières et particules, mais à côté l’on a des textures pauvres avec des murs qui ressemblent à des claviers. Et en plus d’avoir un jeu qui n’est pas une claque technique, il se permet d’avoir du popping pour les textures comme ses prédécesseurs sur l’IdTech5. Ce popping est surtout visible après le chargement du jeu que l’on est ingame mais que le jeu n’a pas encore chargé toute les textures. Bref, on a tous les avantages et tous les inconvénients d’un jeu sur ce moteur qui a donné toujours des lancements à problèmes, que ce soit pour RAGE, Wolfenstein The New Order et maintenant The Evil Within. Le jeu est pour l’instant assez instable. J’ai eu beaucoup de crash (entre 10 et 20), des pertes de pilote graphique. D’ailleurs il y a quelque bugs ici et là de path finding des ennemis ou parfois l’IA déconne (j’ai vaincu un boss grâce à l’IA qui déconnait, c’est dire).

The Evil Within Church

C’est zoli !

Le renouveau du Survival-Horror ?

Certains tests d’autres sites de jeux vidéo pensent que c’est le renouveau du Survival Horror. Sur ce point je ne peux acquiescer. The Evil Within c’est un mélange de gameplay de Last Of Us niveau infiltration et de Resident Evil 4. Ces deux jeux sont des jeux d’action à thème horrifique. The Evil Within n’est pas pour moi un Survival Horror. Il est pour moi un jeu d’Action à thème horrifique et un bon jeu de sa catégorie. Il fonctionne beaucoup trop comme RE4 pour être considéré comme un Dino Crisis, ou les premiers RE, comme du Survival Horror. De plus avec un gameplay si similaire, alors ce serait Resident Evil 4 qui aurait été le renouveau du genre. Le jeu nous apporte ici des mécaniques et une manière de jouer déjà connu, bien faite mais déjà connu.

En conclusion, ce jeu est bon. Il a ses défauts mais il reste encore très agréable à jouer. Il plaira sans doute à ceux qui ont aimé Resident Evil 4 et qui ont aimé le gameplay de Last Of Us. Ce mix des deux est réussi et même si le jeu reste encore du côté action, tout n’est pas à jeter. L’attention aux munitions rend chaque tir décisif et l’on regrettera les tirs manqués. L’univers très surréel peut plaire. Cependant, tous ceux qui cherchent une ambiance stressante pourront passer leur chemin et se diriger vers Alien Isolation qui réussit beaucoup mieux à ce niveau et, contrairement à Alien Isolation, la configuration demandée est abusive.

Les plus : 

  • Certaines séquences franchement très jolies, avec de beaux effets de lumières…
  • L’économie des munitions.
  • Craft des flèches sympathique…
  • Boss fight bons…
  • Un peu de challenge ne fait pas de mal en Survival.
  • Durée de vie correcte (14h temps ingame, 19heures avec les morts en Survival.)
  • Lieu variés.
  • Pas complètement linéaire, il est possible de rater des scènes .
  • Tout les avantages de l’IdTech5.
  • Le gameplay RE4+Last Of Us.

Les moins : 

  • … mais le reste de la réalisation est parfois daté.
  • … mais trop simpliste.
  • … mais les méthodes pour les tuer sont déjà vues et revues.
  • Histoire confuse
  • Lock à 30FPS, quasiment pas d’option graphique sur PC, mal optimisé, crash.
  • Path finding de l’IA parfois buggé ou l’IA qui bug.
  • Format cinémascope, on est dans un jeu vidéo, pas un film !
  • La caméra capricieuse dans les endroits exigus durant la visée.
  • Die & Retry lourdingue.
  • Tous les inconvénients de l’IdTech5.
  • Le gore n’apporte rien, c’est gore juste pour être gore.
  • Passer en 60FPS par la console désactive les succès Steam, il faudra passer par les options de lancement, ou le CFG du jeu.

Test réalisé par Ashmore sur PC avec comme matériel : I5 3570K Quad Core 3.4GHz Turbo Boost Actif, GTX770 Lightning 2Go, 8Go RAM DDR3 1600MHz.

 

f1-2014-jaquette-53da238d4c7beVoilà plusieurs années que la formule un est revenue dans le monde vidéo-ludique. Avec brio en 2010 et pas mal d’évolutions. Cette année marque dans l’univers de la F1 l’arrivée des moteur V6 turbo et à défaut de jouir d’un moteur nextgen c’est bien tout ce que les passionnés auront à se mettre sous la dent.

 

 

 

 

 

Bis répètita: 

On vas trancher directement dans le vif sur ce test: 2014 est le même que son prédécesseur avec le mode Legend en moins. En effet si les menus sont peaufinés pour cette nouvelle version, on perds curieusement un mode de jeu…comme ça, gratos de la part de Codemaster. Bref là n’est pas l’important puisqu’on retrouves toutes les maj des équipes, des voitures toujours aussi bien modélisés et un mode carrière qui n’a pas bougé d’un pouce.

F1 2014 The Game Released

Un gameplay « presque » identique

Nous nous épargnerons tout l’emballage puisque comme je l’ai dit plus haut c’est le même contenu que F1 2013. En revanche le gameplay « évolue » légèrement avec l’arrivée des moteurs 1.6L turbo. Mais malheureusement si le travail de son effectué sur ces derniers est exemplaire ils n’influent pas vraiment sur la conduite de F1 2014. Toujours aussi arcade par défaut, il faudra comme d’habitude en passer par les options et désactiver les honteuses aides pour obtenir un jeu qui se rapproche plus de la simulation. Et si Codemaster s’était un peu plus penché sur les joies de la mécanique ils auraient pu inclure le fait qu’un petit moteur turbo en reprise sur une sortie de virage ça a tendance à partir du cul!

Mais que nenni, ce 2014 se contente de changer le son des moteurs et de garder la même ligne de conduite. Par contre là ou la surprise arrive c’est au niveau du freinage. Un vrai travail qui sert directement cette phase si importante avec une mention spéciale sur les blocages de roues qui cette fois sont gérés parfaitement.

De même il semblerai que les gommes soient mieux gérées dans le processus d’usure. Moins frustrant avec enfin des crevaisons qui se font rares ou qui ne sont provoqué que par des chocs logiques.

D’ailleurs en parlant de chocs il est dommage de constater que ce F1 2014 ne progresse pas non plus. Les collisions, pourtant fatales en F1, sont ici d’un ridicule qui fait limite sourire.

Vous l’aurez compris F1 2014 ne révolutionne en rien ses principes de jeu.

f1_2013_2014_03_19_01_41_24_884

La copie d’une copie qui était une copie. 

Il faut bien le dire et désolé si je ne force pas trop les détails dans ce test mais F1 tourne en rond dans une discipline reine des virages. Depuis 2012 on as clairement l’impression de jouer au même jeu, de faire les mêmes courses et nous sommes toujours confrontés aux mêmes qualités mais surtout aux mêmes défauts. Une IA soit débile, soit pétée comme en qualification ou elle est capable de faire des miracles sous la pluie, ou alors les fameuses sorties de stand ou elle entrave joyeusement votre prise de virage à la place de vous laisser passer sur la ligne droite précédente…. un directeur de course qui répète 10 fois la même chose en course comme le fameux « tes pneus arrières sont froids, essaie de les faire chauffer!  » alors que nous sommes dans le dernier tour de course. On constates aussi une carrière qui ne comprend toujours pas les transferts. Ainsi Lewis Hamilton sera toujours chez Mercedes et Jean Eric Vergne ne pourra jamais rouler en Red Bull et comme d’habitude si votre personnage vole le volant d’un Roseberg, celui ci disparaît complètement des grilles mais vous aurez son nom sur votre combinaison!

Bref une foule de choses qui s’accumulent au fil du temps et lassent.

f1_2014_3

Effet Fifa ? 

A force de trop se reposer sur ses acquis, F1 perd peu à peu de sa superbe. Il est clair que les détenteur des épisodes 2012 et 2013 n’ont aucun intérêt à payer pour une maj qui en plus se permet le luxe ultime de supprimer un mode. De plus si techniquement le jeu est toujours assez beau il ne propose rien de neuf hormis quelques petits ajustements de pacotille. Pas assez pour convaincre ou pour vaincre les cons, c’est au choix.

 

 

xboxone2

Alors que la mise à jour d’octobre est disponible depuis peu sur Xbox One, voilà déjà que Microsoft nous présente la future mise à jour qui risque d’apporter son lot de nouveauté comme à son habitude.

La customisation de l’interface sera désormais possible car il s’agit de la feature la plus réclamée par les fans. Il pourrez donc changer l’arrière-plan de l’interface à votre gré, que ce soit une autre couleur ou une image associée à un succès. Une autre nouveauté, plutôt tournée vers le social, vous permettra d’indiquer votre ville et une biographie sur votre profil Xbox Live. Et il vous sera permis de partager vos extraits de jeux préférés via Twitter.

Enfin, concernant la télévision, un classement des 20 programmes les plus regardés sera établit minute par minute (en constante évolution donc). Microsoft précise qu’il s’agit là d’une « nouvelle façon de regarder la télévision ». Cette mise à jour devrait également apporté plus de fluidité dans les menus et notamment dans le Marché.

Retrouvez toutes les nouveautés dans cette vidéo :

 

VolkswagenType2_WM_CarReveal_Week1_ForzaHorizon2

Souvenez vous, c’était il y deux ans, le studio Playground Games avait la lourde tâche de réaliser un spin-off à la série Forza Motorsport. L’objectif : faire quitter les circuits aux voitures pour se balader dans un festival (en l’occurrence celui d’Horizon) dans la campagne américaine. Le premier épisode étant un franc succès, aussi bien critique que ludique, il est normal de voir arriver sa suite bien nommée Forza Horizon 2.

Beauté plastique

Je vais commencer par l’aspect que j’aime le moins aborder dans un test, mais comme ça je serais débarrasser. Je sais que cette petite question vous brûle les lèvres : Est-ce que Forza Horizon 2 est beau ? C’est normal, il s’agit de la nouvelle génération de consoles et le jeu reprend le moteur de Forza Motorsport 5. Pour vous répondre très franchement, le jeu est beau. Le jeu est propre. Mais c’est tout. Il faut dire que la tâche est rude, réaliser un monde ouvert avec une importante surface praticable même off-road n’est pas chose aisé. Forza Horizon 2 est beau mais ne vous en mettra pleins les yeux. Il peut s’avérer à la fois très beau grâce à son éclairage ou encore ses effets (lorsque l’on traverse des champs de lavande, avec les particules ainsi que les traces au sol) et parfois il peut se montrer terne et banal. On ne peut pas lui reprocher cela car le jeu offre une distance d’affichage très honorable, le tout servit par peu de clipping et peu d’aliasing et là je dis chapeau. Le plus agréable dans Forza Horizon 2 ce sont vraiment ses effets et la manière avec laquelle il en joue. Le cycle jour/nuit et la météo dynamique y contribuent très fortement. Vous pouvez vous retrouver à rouler sous le soleil puis entendre un coup de tonnerre pour que peu de temps après la pluie d’abatte sur vous dans une déferlante d’effets vraiment sympas. La côte méditerranéenne n’a pas du tout la même allure par beau temps que par temps de pluie et c’est un vrai régal de s’y balader un peu partout. Certains pourrons encore chipoter sur le manque de vie, que ce soit les piétons ou les voitures. Certes, la circulation est peu dense (et cela même en ville) mais pour les piétons cela peut se comprendre, ils sont tous soit à la plage soit au festival Horizon. Mais à ce niveau c’est vraiment du chipotage.

Forza Horizon 2 Hurracan

Forza Horizon 2 peut s’avérer très beau mais parfois plus terne. 

Il est free, il a tout compris

Playground Games a eu la volonté d’offrir un jeu où l’on aurait une sensation de liberté maximale. Le premier Horizon possédait une carte de taille raisonnable mais obligeait le joueur à suivre les routes balisées et offrait au final assez peu de liberté. Forza Horizon 2 change cette donne. Il est désormais possible de rouler absolument partout. La carte du jeu n’est pas forcément plus grande que dans le premier Horizon mais il vous est offert la possibilité de littéralement couper à travers champs. On s’amusera à plusieurs reprises à dévaster des vignes ou des champs à plus de 150 km/h. De même, pour rejoindre une épreuve, il ne vous sera plus forcé de suivre à la lettre votre GPS (qui vous indique les routes à prendre) mais vous pourrez dévaler des collines et des champs à la place.

Playground Games a également revu son système de course. Rappelez vous dans le premier Horizon, le joueur devait participe à diverses courses pour obtenir un bracelet, et passer au bracelet supérieur. Ce système était voué à ce que vous amélioriez votre voiture en prévision de vos futurs adversaires ou que vous en changiez. Certaines courses vous imposaient même l’utilisation de tel ou tel véhicule, et vous étiez souvent obliger de repasser au garage. Les développeurs ont souhaiter améliorer et assouplir le déroulement du système de course. Désormais, ce n’est plus la course qui détermine la voiture que vous devrez utiliser mais la voiture qui détermine les courses auxquelles vous pouvez participer. Le festival Horizon est découpé en plusieurs road-trips : il vous sera régulièrement demandé d’aller d’un lieu à un autre (Nice, Sisteron Castelleto, Montellino, Saint-Martin, San Giovanni) et, une fois arrivé à l’un de ces endroits, de choisir un championnat. Vous pouvez choisir celui qui correspond à votre voiture, mais aussi un autre, mais pour cela il vous faudra acquérir le bolide adéquat. Pour accéder à la Finale Horizon, il vous faudra remporter une quinzaine de championnats. C’est donc assez long, d’autant plus qu’il y aura autour de vous de nombreuses autres épreuves et défis qui devraient bien vous occuper ! Cette façon de procéder est très intelligente puisque même si l’on doit de toute manière suivre un certain axe de progression, on n’a jamais vraiment l’impression d’être forcé à quoi que ce soit.

Forza Horizon 2 Off-road

Vous n’êtes pas obligé de vous cantonner à la route. Coupez à travers champs ! 

Conduite arcade ou conduite simu’ ?

Le premier Forza Horizon était un jeu de course qui se voulait arcade de prime abord mais suivant les réglages de difficulté le jeu pouvait vous offrir des sensations proches de la simulation. Ce changement demandait un peu plus de tact et de finesse dans la conduite, il ne vous était pas permis de foncer dans tout ce qui bouge ou prendre un virage à toute allure comme dans un Need For Speed par exemple.  Forza Horizon 2 reprend à peu près à la lettre les mêmes codes. C’est-à-dire que vous pouvez régler la difficulté du pilotage, et vous passez de certaines aides. Freinage, trajectoire, direction, contrôle de traction, de stabilité… En désactivant ces aides, vous obtiendrez une conduite assez arcade mais qui vous demandera du doigté lors de certains virages, freinages ou dépassements. Et attention aux dégâts, même s’il vous est possible d’arracher les arbustes, les lampadaires et certains éléments du décor, votre voiture peut vite s’abîmer et cela n’a pas qu’un aspect esthétique (si pour autant vous avez activer les dégâts). Pour les néophytes, la conduite de base est très accessible (peut-être encore plus que dans le premier Horizon) puisque les aides sont activées par défaut. Dans tous les cas, la conduite de Forza Horizon 2 procure de très bonnes sensations, les voitures sont nerveuses, on sent leur poids ainsi que les changements de surfaces (terre, asphalte, graviers) ou les changements de temps (la route devient glissante par temps de pluie). De plus, les gâchettes à vibrations de la manette Xbox One permettent également d’offrir de bonnes sensations de pilotage. La gâchette vibre lorsque l’on freine ou lorsque l’on accélère fort. Cela semble n’être rien mais renforce un peu plus l’immersion. Le jeu se veut aussi pointu dans ses réglages. Si vous n’y connaissait rien, vous pouvez très bien les laisser de bases sans gâcher votre plaisir de jeu. Mais pour les pros, pouvoir changer la pression des pneus, les rapports de vitesse, les suspensions… sont des ajouts de choix.

Forza Horizon 2 Settings

Avant chaque course, vous pouvez régler votre voiture comme bon vous semble. 

Voitures, caisses, bagnoles,…

Ce sont elles les véritables stars de Forza Horizon 2. Les voitures ! On sent que les développeurs les ont chouchoutées. Les développeurs vous proposent d’en conduire 200 et même 210 une fois le pack gratuit téléchargé ! Et vous trouverez de tout dans Forza Horizon 2 ! De la muscle cars américaine, à la citadine européenne, aux bolides japonais, de la Ferrari au Combi Volkswagen, il y en a pour tous les goûts ! Tous les véhicules sont par ailleurs extrêmement bien modélisés, de l’intérieur jusqu’à l’intérieur (tous les véhicules possédant une vue cockpit impressionnante). Et les véhicules possèdent des rétroviseurs fonctionnels et offrant tout de même une visibilité honorable, c’est bien de le souligner. Enfin, les différentes caméras vous feront profiter de votre véhicule sous différents angles.

Forza Horizon 2 Cockpit

Les vues intérieures sont sublimes ! 

Si vous adorez vraiment votre voiture, pourquoi ne pas la personnaliser avec des stickers ? L’outil de personnalisation est toujours aussi souple et complet, et permet de créer des looks très sympas. Et vous pouvez absolument tout personnaliser des jantes, au bas de caisse, capot… Ajoutez autant de stickers, vinyles, peintures que vous désirez ou téléchargez les créations de la communauté.

Forza Horizon 2 Custom

Sélectionnez parmi les couleurs du fabricant, les couleurs spéciales ou les créations de la communauté. 

Un contenu conséquent

Lorsque vous apercevrez la carte de Forza Horizon 2, vous remarquerez qu’il y a beaucoup de choses à faire ! Voilà une des grandes forces du jeu ! Les championnats sont extrêmement nombreux : il vous faudra gagner 15 championnats pour gagner la Finale D’Horizon, chaque championnat contient 4 épreuves, 4×15 = 60 courses mais ce n’est pas tout ! Une fois la finale passée, il vous reste tous les championnats que vous n’avez pas effectués ! Le jeu compte au total pas moins de 160 championnats différents ! En plus des championnats, Playground Games a rajouté de nouveaux défis à ceux qui existaient déjà. Vous aurez les sempiternels panneaux à détruire (expérience ou voyage rapide), les records de vitesse au niveau des radars, les trésors de granges à trouver, et les rassemblements (courses spéciales contre des avions, des trains…). Les défis collectors sont la véritable nouveautés en ce qui concerne les à côtés. Ils vous mettent au volant de voitures généralement haut de gamme (Ferrari, McLaren, Corvette…) avec lesquels vous devrez accomplir un objectif unique. Il peut s’agir d’un record de vitesse, d’un chrono à battre, d’un saut à réaliser… Ils permettent de gagner crédits et expérience. J’ai oublié de vous dire que le jeu vous permet de monter de niveau et possède toujours le système de bracelet. A chaque montée de niveau, des « Points Avantages » se débloquent au sein d’une arbre de compétences. Vous pourrez obtenir des bonus de cash et d’expérience (et plus encore) contre des points d’avantages. Et à chaque montée de niveau, une roue de loterie se lancera et vous permettra soit de gagner des crédits soit de gagner un véhicule. Enfin, il vous sera possible de défier en face à face tous les pilotes que vous croiserez. Et en terme d’IA, Forza Horizon 2 embarque le système de Drivatar initié par Forza 5. Vous retrouverez des personnes de votre liste d’amis mais ce ne sont pas eux qui jouent directement mais leur Drivatar qui, en se classant honorablement, leur permettra de gagner des crédits supplémentaires.

Forza Horizon 2 Championnats

 

 

Forza Horizon 2 Map

Les différents championnats ainsi que la carte. 

Le multijoueur intégré au solo

L’une des faiblesses du premier Horizon devient une des grandes forces de Forza Horizon 2 ! Là où le multijoueur était indépendant du mode solo dans Horizon premier du nom, il s’intègre complètement au solo dans le second. A partir de votre carte, vous pourrez sélectionner les icônes bleus sur votre carte pour intégrer une partie multijoueur. Les modes « Concentrations » et « Road Trips en Ligne » sont représentés. Les premiers sont des parkings un peu particuliers, dans lesquels les joueurs peuvent se réunir ; dès lors qu’ils sont garés, ils sont connectés aux autres joueurs et peuvent se défier, récupérer les looks de véhicules créés par les joueurs. Chaque Concentration a sa particularité, puisque les épreuves proposées dépendent du lieu où vous vous trouverez. La Concentration de Saint-Martin se trouvant à côté d’un petit aéroport, vous aurez là des courses de drag utilisant les pistes de décollage. D’autres mettront en scène des courses cross country complètement déjantées, d’autres des courses de rue…

Les road-trips restent sans doute ce qu’il y a de plus intéressant en ligne. Ils reprennent le modèle des road-trips solo : rouler d’un point A à un point B en réalisant différents objectifs. Plus vous gagnerez, et plus vous gagnerez d’argent et d’XP. C’est l’occasion de défier de nombreux joueurs, qui pourront d’ailleurs rejoindre et quitter le road-trip à n’importe quel moment. On peut même voter après chaque épreuve pour choisir la prochaine destination. Côté classique pour la série Forza, on trouve un mode Roi et un mode Infectés particulièrement amusants et qui prouvent à quel point le jeu recherche avant tout le fun, quitte à créer des situations complètement dingues.

Forza Horizon 2 Race

Vous engrangez un maximum de crédits et d’expérience après les épreuves en ligne. 

Une pause musique

Un dernier petit paragraphe pour vous parler de l’importance de la musique dans Horizon 2. C’était déjà le cas dans Horizon 1, qui possédait 3 stations de radio. Il y avait une radio pop, une plutôt électro et une radio rock. On retrouve ces 3 mêmes radios ici sous les appellations Horizon Pulse, Horizon Bass Arena et Horizon XS. Ce sont les 3 radios qui vous sont proposées de base au début du jeu mais plus vous avancerait plus votre radio sera fournie. Au total, ce ne sont pas moins de 7 radios qui sont disponibles. Puis les radios indépendantes telles que Ninja Thune , Leisure ou Hospital Records qui porposents de l’alternatif, du drum’n’bass.. Mais vous me direz, il en manque une ? Je voulais vous parler de la dernière radio, qui selon moi et la mieux choisie : radio Levante. Cette radio italienne vous propose d’écouter les plus grands classiques de la musique. Vous pourrez vous balader en Ferrari avec du Mozart, Schubert ou encore Vivaldi dans les oreilles. Rouler sous un orage en pleine nuit sur de la musique classique est un pur bonheur ! Enfin, les bruits des moteurs sont excellents et bien distincts.

 

Les + :

  • Un large choix de voitures (210 véhicules de base) et de tous horizons (européennes, américaines, japonaises…)
  •  La bande-son ; 7 radios ainsi que les bruits des moteurs
  • L’ambiance générale et le soin apporté à la modélisation des véhicules
  • Le cycle jour/nuit, la météo dynamique, les environnements
  • Une véritable sensation de liberté et un monde vraiment ouvert
  • Une durée de vie colossale
  • Le mode Online

Les - :

  • Un peu de clipping et d’aliasing , manque de circulation par moment
  • J’en veux toujours plus !

 

 

0

half_life_3_wallpapers_in_hd-portal-3-and-half-life-3-will-valve-make-them-happen

Half-Life 3 est un fantasme pour tous les joueurs PC. Chaque année, nous croyons à son hypothétique annonce. Mais rien. Il faut dire que Gaben (Gabe Newell) est un sacré bonhomme.

Le 14 novembre prochain, Half-Life 2 aura 10 ans ! 10 ans déjà ! Et certains fans sont impatients de la sortie d’un nouvel opus.

Deux d’entre eux, Chris Salem et Kyle Mazzei qui sont deux employés d’une société de marketing américaine, viennent de lancer une campagne de crowdfunding qui porte le doux nom de « We want Half-Life 3″. Les deux compères demandent la somme de 150 000$ afin de prendre les devants pour motiver Valve à sortir le jeu.

Voici les différents paliers que Chris et Kyle souhaitent atteindre :

  • 3.000 $ : Une campagne Google AdWord est lancée pour cibler les 300 employés de Valve afin d’ajouter un charmant « We want Half-Life 3″ derrière leur nom lors d’une recherche.
  • 9.000 $ : Nos deux compères commencent à sortir l’artillerie lourde avec un camion publicitaire arborant un grand panneau Half-Life 3. Le véhicule siégera devant les locaux de Valve.20140903083133-wwhl3billboard
  •  

    45.000 $ : Le palier WTF. Le duo engage une troupe de sosies de Gabe Newel, leur fait porter des tee-shirts « We Want Half-Life 3″ avant de les faire défiler devant le siège de l’entreprise.20140903081839-gabenewelllal

  • 150.000 $ : Le clou du spectacle, un concert à Seattle avec certains des plus grands noms de la musique du secteur vidéoludique auquel tous les employés de Valve seraient invités.20141010073832-gabeconcert

    Simple blague ou harcèlement, chacun est libre de penser ce qu’il veut.

La campagne étant lancée depuis le 15 octobre, elle ne rencontre pas un grand succès.

Mais tout peut arriver !