Aujourd’hui nous allons faire un petit écart, en effet il ne s’agit pas d’une BD ou d’un manga mais d’un roman. Je pense que tout le monde connait le film La Planète des singes, mais qui a déjà lu le roman ? En tout cas @CaptainAlbatar a lu le roman, voici sa critique:

Critique de : La Planète des singes

 

La Planète des singes : critique réalisée par Jack Samat

 

Pierre Boulle. Un auteur français bien de chez nous qui nous livre un livre de S.F. incroyablement humain mais aussi incroyablement inhumain. La parfaite dichotomie nous asperge la tête de questions aussi philosophiques que matériels.

 

 

Critique roman la Planète des singes

On se demande si l’on vient de lire une histoire où une remise en question de notre propre condition, si les humains sont condamnés à s’éteindre, si la question va finalement bien plus que ça, si ce n’était au final pas ceci que le narrateur tâchait de nous faire comprendre. En somme, on est autant sur le cul que devant la fin d’un bon MGS2 et autant fasciné que devant la fin d’un excellentissime MGS3. Le récit démontre tellement de force que l’on ne sait plus réellement quoi en penser sauf qu’il est simplement extraordinaire.

L’histoire se veut assez simple à la base et c’est d’ailleurs l’un des éléments qui nous surprendra au fur et à mesure de notre douce lecture. Pour ne pas faire compliqué, un couple de touriste en voyage spatial découvre sur leur route un journal qui relate les aventures d’Ulysse Mérou qui deviendra par le biais de ce procédé le narrateur de l’histoire. En l’an 2500, ce sacré Ulysse fait partie d’une expédition dans le but d’explorer Bételgeuse mais une fois qu’ils s’en approchent, le groupe remarque une planète ressemblant étrangement à la Terre. Il s’y pose et c’est ici que commence les ennuis. Le cycle est inversé. Ce sont les singes qui remplacent les humains et vice-versa. Ulysse se retrouve prisonnier et va tenter de prouver aux singes résidents sur ce territoire qu’il est assurément doué de raison.

Au delà du récit en lui-même qui demeure incroyablement bien construit et bien écrit ( on se confronte parfois à des magnifiques descriptions et figures de styles ), nous sommes rapidement face à un obstacle de taille. On se met à se questionner. Tout est inversé. Est-ce qu’Ulysse se trouve réellement sur une autre planète que la Terre ? Pourquoi tous les éléments ménagers etc sur cette dernière se retrouvent aux cotés des singes qui savent parfaitement les maitriser ? Plus qu’une remise en question de notre façon de lire un livre, ou de réfléchir sur telle ou telle chose, c’est une contestation de notre condition première, de notre adjectif initial : être humain. De ce que nous avons vu depuis notre naissance, de tout ce que l’on nous a enseigné et montré consciemment et inconsciemment. Je suis d’accord qu’une telle idée pouvait germer dans le cerveau d’un bon nombre de personnes un tantinet créatives mais pouvoir la retranscrire sur papier avec un impact aussi puissant, c’est tout autre chose.

Pour éviter d’en dire trop sur le scénario, nous disposons à la fin du récit d’une sorte de ‘ double twist-final ‘ qui nous ouvre encore plus de portes pour tenter de comprendre exactement ce que Pierre Boulle veut nous faire comprendre. On peut par exemple s’interroger sur la véracité de ce fameux journal que tenait Ulysse Mérou. Peu probable certes mais possible même si cela voudrait donc dire que 90% ne sert qu’à renforcer le fait qu’une telle histoire et qu’un tel retournement de situation ( les singes remplacent les hommes ) semble totalement impossible alors que Pierre Boulle donne l’impression de vouloir prouver le contraire depuis le début.

La Planète des singes, c’est un peu comme Donnie Darko, Orange Mecanique, La Vie de David Gale, Metal Gear Solid 2 etc : le récit offre tellement de possibilités que chacun va concevoir ses propres réponses et ainsi avoir sa propre version du fin mot de l’histoire.

NDLR : merci @CaptainAlbatar pour cette critique. Je vous invite à le suivre sur son site captainalbatar.blogspot.fr

Critique réalisée par : Jack Samat

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here