L’histoire du Rugby dans le monde du jeu vidéo ressemble à celle de Trin D’huc en équipe de France: beaucoup d’espoir, de la persevérance mais toujours un truc qui coince à la fin.

Si on se rappel avec amour de RC Rugby sur Megadrive ou encore Serge Blanco sur Snes, c’est bien la Playstation et la Saturn qui nous avait offert le meilleur avec Jonah Lomu Rugby. EA s’y est penché aussi avec plus ou moins de succès sur PS2 dont un Rugby 08 réussi et qui reste la référence de l’ère moderne. Les PS3/PC et XBOX acceuillants tours à tours World Cup Rugby (un clone de Rugby 08 par HB studio) et Rugby Challenge, imparfait mais amusant et dôté de bonnes idées. Nous avions donc un grand espoir quand les Français d’EKO et sous la tutelle de BigBen Interactive annoncèrent Rugby 18.

Présentation des joueurs: 

Rugby 18 présente des menus clairs et simples. On notes la présence du Top 14, du Pro 18, Pro D2 etc avec les joueurs et maillots officiels. Concernant les modes de jeux nous retrouvons: match local, match multi, random, my career et un mode “my squad” qui s’inspire du Fifa Ultimate Team mais en tout pourri (nous y reviendrons ! ) . Quelques otpions disponibles sauf le choix de la caméra….bloqué étrangement en mode tps alors que la préview offrais une vue latéralle.

Entrée des équipes: 

Lancement d’un premier match, je choisis mon équipe préférée (Toulon) et d’emblée je constate avec horreur une réalisation digne d’un jeu mobile. Environnement fades, proportions des joueurs lolesques, tribunes pixelisées avec un aliasing de fou. En fait seules les couleurs et la pelouse sont belles. Heureusement le rendu général reste acceptable mais de toute façon avec un jeu pesant 3.7 gigas, il ne fallait pas s’attendre à des miracles…

Première mi temps: 

Un tuto se met alors en place pour vous expliquer le fonctionnement de Rugby 18. On remarques que les phases arrêtés (Touches, coups de pied, mêlées) ont été très bien pensées et offrent assez de souplesse et de logique pour être rapidement maîtrisées par le premier venu. Malheureusement tout celà est très vite et immédiatement gâché par les lancements de jeu …si on peut appeler ça comme ça ! C’est bien simple, il est impossible de placer sa ligne en profondeur, le 9 ne trouve quasiment jamais le 10 et aucune tactique ne peut être mise en place. On se retrouve alors avec un jeu hyper resséré, une ligne quasi à plat qui viens limite embrasser la défense adverse et forcément cette dernière ne manque pas de vous punir , rendant la progression horriblement chiante et lente. Les rucks sont ahurissants…. je ne suis pas sûr d’avoir déjà vu des mauls ou des rucks aussi lents, irréalistes et moux ! Quand votre joueurs est plaqué au sol, il suffit d’empiler des joueurs comme un débile (comme un tetris) pour le gagner ou rendre la balle disponible, mais il n’y a aucune réactivité. J’ai compté, même en appuyant comme un débile sur “B” (pour ajouter un joueur) le temps de réaction moyen est de deux secondes et peu s’allonger à 5 secondes en fin de partie avec la fatigue…..Du coup une phase de rucks peu prendre énormément de temps mais honnêtement ça n’aurait pas été si grave si l’organisation autour de ce dernier avait été à la hauteur.

Deuxième mi-temps: 

Car oui si vous comptiez envoyer du jeu dans Rugby 18 c’est loupé ! Systématiquement après une phase de rucks ou de groupé pénétrant, la ligne de 3/4 ne prend aucune profondeur mais reste en plus ressérée prêt des avants avec un 10 qui doit être entre la buvette et les tuyas des 7 pauvres faux stades qui nourissent le jeu…. ne comptez pas non plus sur un bon zonage des passes ou faire des croisées de fou…ça n’existe simplement pas dans ce jeu et vous pouvez être certain en cas de “folie” (un bien grand mot pour ce jeu) d’être contré , de faire un en avant ou même de voir le ballon rebondir en pissant litérallement sur Newton et toutes les lois de la physique connues ! On peu aussi rajouter une gestion des hors jeu/avantages plus qu’aléatoire et des pénalités simples….tellement simples qu’on aurait même pas osé faire ça sur un Atari. Autre détail abbérant: si une pénalité est acquise, c’est le dernier joueur qui a le ballon qui l’a joue ! Donc vous pouvez vous retrouver avec un pilier qui cherche la touche …

Rugby 18 se caractérise pas sa molesse, un manque d’impacte et une rigidité hallucinante, il n’y a pas grand chose à sauver en terme de gameplay et personne n’y trouvera de plaisir qu’on soient experts ou novices.

Discours du Coach: 

Après ce constat amèr d’un gameplay loupé, difficile de vous parler des modes “carrière” et “My Squad” mis en avant dans les pubs. Et autant vous dire que le manque de sérieux des développeurs est incarné par ces modes de jeu d’un vide intersidéral. Que ce soit l’un ou l’autre et qu’importe l’équipe que vous aurez, il vous faudra composer une équipe entière en achetant les joueurs et avec un budget très limité. Un budget qui en fait vous force à vous mettre à découvert pour avoir les “22”…. du moins dans le mode carrière car dans My Squad censé être le FUT du jeu, vous n’aurez pas de thunes pour le faire et l’impossibilité de vous mettre à découvert. Il faudra donc d’abord gagner des points MS en se faisant chier sur des matches amicaux ou autre pour avoir l’argent nécéssaire afin de constituer une équipe toute pérrave avec des joueurs de 49 ans incapables de tenir une mi temps (si vous vous êtes pas pendus avant) . Les choix tactiques se résument à remplacer des joueurs ….voilà ….. Bref si on rajoutes également que les équipes internationales se comptent au chiffre(putain c’est même pas un nombre quoi ! ) de 8 (officielles ) et donc l’impossibilité de faire un WRC ou un 6 nations et des commentaires “nawak” vous aurez compris que Rugby 18 est loin du compte.

3 ème mi-temps: 

Au rugby c’est bien connu, seule la troisième mi-temps peu vous soigner d’une grosse défaite. Dans le cas de Rugby 18, il va falloir boire beaucoup de canons pour oublier les 49 euros demandés pour cette daube (attention l’abus d’alcool est dangereux pour les trois/quarts). Cependant je reste convaincu du manque de moyens d’EKO Software et qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu avec ce qu’ils avaient. Il faut absolument que BBI donne à son studio les moyens nécéssaires pour arranger son jeu, travailler avec de vrais rugbymen etc afin de présenter un gameplay “jouable” car tout n’est pas à jeter non plus.

Cependant et en l’état, il m’est impossible de conseiller ce jeu même pour 10 euros…je sais c’est paradoxal car pour que RUGBY 18 ait une suite il faut des ventes correctes mais comme vous je sais que 50 euros dans une bouse ça fait mal et que ça représente pour certains une journée de travail. Nous aurions préférés que le studio mette l’intégralité de son budget à peaufiner son gameplay et ses modes de jeu et ne pas avoir de licences quit à en passer par la case “éditeurs” , c’est comme ça que Konami a constitué un jeu comme PES au début des années 2000: d’abord le Gameplay et ensuite les licences….pas besoin d’en faire des tonnes, surtout au rugby qui est un sport ou l’apparence et les discours importent peu et ou tout se résume uniquement sur le terrain. C’est cette même philosophie que RUGBY 19 (s’il existe un jour) devra adopter pour conquérir nos coeurs et rendre certains défauts plus pardonnables.

Les +:

  • Licences
  • Phases arrêtées bien pensées (maules, touches, mêlées) 
  • Percu, plaquage, agencement des touches

Les – :

  • Graphismes
  • Rucks, ligne d’attaque, construction etc 
  • Mode carrière et mysquad mal foutu
  • Aucun choix tactique
  • Jeu au pied et physique du ballon 
  • A quoi sert le 10? 
  • Commentaires à la rue
  • c’est moux ! 
  • Aucun plaisir de jeu

 

Note: 8/20

TEST RUGBY 18
Noter cet article
SHARE
Article PrécédentL.A. Noire Remastered : Le trailer
Vieux briscard débarqué des 80's qui se nourrit de rock, de vrai rap us, de nba etc . Je découvre les jeux vidéo en 1989 sur un Amstrad CPC 6128 et depuis ma vie est un bordel jeux vidéoludique !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here