Après une riche conférence Microsoft et une très solide conférence Ubisoft c’était au tour de Sony de rentrer dans la danse de l’E3. Après un petit spectacle de Banjo dévoilant une BO de The Last of US part II c’était bien évidemment le jeu qui était mis à l’honneur avec un trailer absolument fou qui alternait entre cinématique poignante et gameplay ultra violent :

Une énorme claque en terme de gameplay dynamique même si pour nous les enchaînements sont un peu trop clean pour éviter le script. Cependant,  ND nous as appris à croire en eux et il est certain qu’un tel gameplay reléguerai déjà ses concurrents (Tomb raider par exemple) en deuxième division.

Deuxième coup de boule de la conférence, Ghost of Tsuchima. Absolument divin visuellement (il tournait sur une ps4 pro) mais aussi techniquement, l’extrait montré prouve que le gameplay n’est pas en reste avec des combats réalistes et froids au possible mais incroyablement intenses en même temps (ça s’appel le talent) . GOT promet d’être un jeu assez hardcore.

Autre star du salon, Spiderman s’est bien plus dévoilé cette année. Si le jeu semble dynamique et respectueux de l’univers de Marvels, on notes tout de même que les scènes de combats sont du copier/coller avec la série Batman.

Nous avons eu ensuite un cadeau de la team Ninja avec l’annonce de Nioh 2 :

Capcom nous signe un remake alléchant de RE2 qui sortira le 25 Janvier

Death Stranding était aussi présent avec un trailer assez long et du gameplay :

Et la petite surprise que l’on attendais vraiment pas fut Control, un jeu qui heureusement ne vous ramènera pas à l’école ou chez autovision mais bien dans un univers assez chelou ou l’héroïne semble contrôler son environnement façon Quantum Break. Voilà donc un jeu qui pourrait s’avérer riche en idées.

 

E3 : résumé de la conférence Sony
3.8 (75%) 4 votes
SHARE
Article PrécédentE3; résumé de la conférence Ubisoft
Article SuivantQuelle chaise gaming acheter ?
Vieux briscard débarqué des 80's qui se nourrit de rock, de vrai rap us, de nba etc . Je découvre les jeux vidéo en 1989 sur un Amstrad CPC 6128 et depuis ma vie est un bordel jeux vidéoludique !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here