Pour cette préview nous disposions d’une partie du jeu sur une Xbox One S. Aujourd’hui je parlerai en mon nom, celui du gamer mais surtout du fan absolu de cette série depuis sa naissance et d’inconditionnel de jeux de courses. Et pour bien vous fixer mon degré d’exigeance en terme de gameplay pour Forza motorsport 7, ma référence s’appelle Assetto Corsa.

Mais voilà, FM c’e’st d’abord un clone de Gran Turismo qui a été conçu pour conquérir le coeur des pilotes de la première Xbox. Une première réussie qui engendra un succès détonant sur 360 au point de sérieusement faire vasciller hors du circuit le “roi” Gran Turismo jusquà lors intouchable.

Entre temps de l’eau a coulé sous les ponts. Retour complètement loupé sur One avec FM5, remise à niveau sérieuse avec FM6 et arrivée d’un nouveau concurrent nommé Project cars. Pendant ce temps là, les possesseurs de Playstation attendent toujours un Gran Turismo.

Premier tour

FM7, se présente avec un introduction “à l’ancienne” , superbe cinématique qui défonce la rétine qui nous dirige vers une mini cup obligatoire mettant en scène la Porsche éffigie du jeu dans une course plein désert, un bon gros camion de course sur le Mugello et enfin une couse en Nissan Nismo sur le Nürber.

Première bonne nouvelle , on peu choisir tout de suite ses aides là ou ses prédécesseurs imposait la première course avec le freinage activé par exemple …. Merci ! Et ce qu’il faut dire c’est que l’évolution sur le pilotage est bien là! Quelle claque, en fuma, impossible de contrôler correctement la voiture Allemande. Le dosage se veux hyper précis, la reprise d’adhérence plus vraie que jamais , l’inertie a été “imprimée” dans la manette (bordel pourquoi je n’ai pas de volant dispo ! ) , le retour d’informations aussi, plus que jamais, les gâchettes vibres de façon incroyable à tel point qu’on ressent les pneus ! L’inertie a été particulièrement travaillée et le moindre chic-chac mal dosé vous conduiras au tête à queue. Pas de panique les noobs, avec quelques aides activées vous pourrez vous faire au jeu sans toucher à votre fierté de pilote.

En revanche il y a un point inquiétant et qui concerne une fois de plus l’IA Drivatar. Très en cause sur FM5, un peu amélioré sur FM6, elle progresse encore ici mais trop légèrement. On remarques que Turn 10 a activé la non-agressivité par défaut et que les dégâts sont bien moins pénalisants. C’est très mauvais signe pour moi et j’ai donc essayé une course avec agressivité de l’IA et malheureusement je retrouve les mêmes soucis que sur les autres épisodes ONE: IA qui vous rentre dans le cul, qui bloque les inté comme une débile , freinages intempestifs et absolument injustifiés…problèmatique ! Voilà qui refroidi bien mes pneus mais surtout je me demande pourquoi Turn 10 insiste avec cette technologie qui visiblement reste imparfaite alors que les IA des premiers FM était remarquables. Pour m’en convaincre j’ai rebranché ma Xbox première du nom et testé un course, c’est absolument flagrant, l’IA de FM1 est meilleure pour ne pas dire écrase celle de FM7 !

Second tour

Une fois ces trois courses terminée vous avez enfin le droit d’accéder à l’ensemble du jeu qui propose quelque chose de similaire dans la progression à FM6 mais de façon bien plus fluide. Je vous laissera découvrir tout ça à la sortie du jeu. Juste une précision pour vous informer que le jeu dispose de plus de circuits (30 selon mon compte ) et d’un nombre conséquent de voitures et de catégories.

Un dernier mot sur la réalisation du jeu: bluffante ! Nous étions tous en droit de se poser des questions sur l’aspect graphique de FM7 sur une Xbox One “basique” depuis que le jeu a été présenté sur X. Et bien rassurez vous, le jeu explose la rétine de par sa beauté. Déjà FM6 avait placé la barre très haut, Forza Motorsport 7 affine tout ça et même si un petit aliasing est encore bien présent sur les points de corde par exemple, on ne peu s’empêcher de faire ses premières courses la bouche ouverte. 60 fps constants, n’en ayez aucun doute, ce jeu est très fluide et prouve s’il en est le savoir en terme d’optimisation de Turn 10. Grosse déception en revanche concernant la météo. Si le rendu graphique est juste hallucinant, elle reste en pré calculé, c’est à dire que vous ne pourrez pas décider des effets météo et elle ne sera pas disponible sur tous les circuits. Son déclenchement est timé au millimètre et une même course verra sa météo se déclencher systématiquement au même moment, avec les mêmes flaques d’eau, acalmies etc. Côté son, l’immersion a été amélioré, le son des moteurs est plus vrai que jamais.

Arrivée

Pour conclure FM7 met une tarte en terme de réalisation, de contenu mais surtout en terme de gameplay ou il passe un très gros cap et risque de causer de gros soucis à la concurrence que représentent GT et PC. Cependant je suis inquiet au niveau de l’IA drivatar qui pourrie toujours autant les courses et la gestion météo aussi belle soit elle reste imposée et là aussi c’est une déception. J’ai noté également de longs temps de chargements. Dans tous les cas, FM7 est clairement la meilleure simulation de course sur console à laquelle j’ai pu jouer (Assetto compris) et il me tarde d’être le 3 Octobre pour y poser mes mains et ne plus sortir pendant 15 jours de chez moi !

 

Noter cet article
SHARE
Article PrécédentTEST FIFA 18 : la fin d’une époque ?
Vieux briscard débarqué des 80's qui se nourrit de rock, de vrai rap us, de nba etc . Je découvre les jeux vidéo en 1989 sur un Amstrad CPC 6128 et depuis ma vie est un bordel jeux vidéoludique !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here