Basketball-Pro-Management-2015“m73, j’ai un jeu de management en basket, ça t’intéresses pour le test ? ”

Voilà comment commence mon aventure avec ce nouveau jeu de management proposé par Umix studio. Autant vous le dire je suis un féru de ce sport, jeux vidéo, nuits avortés par les matches aux heures américaines etc, le basket c’est comme une religion dont le dieu s’appel Jordan et le fils Lebron….. Sauf dans Basketball Pro Management !

Basketball-Pro-Management-2015

Bien propre pour l’entretien

Et comme tout nouveau qui arrive dans un Roster (équipe en anglais) je suis très attentif à la présentation. Ce jeune pouce nous propose donc une très belle interface, simple, rapide, efficace et coloré mais qui de souvenir partage son ADN avec le triste “Pro rugby manager 15”. Heureusement pour lui, l’interface est ,nettement plus agréable d’autant plus qu’elle est appuyée par des musiques de très bonne qualité. Au niveau des menus c’est là encore assez simple puisqu’on as le choix entre des matches, quelques compétitions et lancer sa carrière de manager dans l’un des très nombreux championnats que propose ce soft dont la fameuse NBA renommé “Ligue Américaine” pour le coup.

Basketball-Pro-Management-2015

Quoi? t’as oubliés de mettre de Licence ? 

Après être passé par une éditeur très sommaire pour créer son manager, auquel on ne peu pas attribuer son visage via l’import, je choisis logiquement ce qui vaux pour NBA. Surprise, toutes les équipes, règles, joueurs sont présents mais quand on affines le regard il faudra constater que les licences sont absentes. Pas de logos, des noms d’équipes parfois changé (Los Ambeles…) et des noms de joueurs retouchés comme Joackim Noeh ou Pau Gazoil chez les taureaux de chicago. Une manière simple mais louable de boucher les trous quand on as pas les moyens de se payer une part de ce gros, très gros gâteau.

Basketball-Pro-Management-2015

Et du coup on cales ! 

Et franchement je me serait bien astreint des licences si le jeu nous avait proposé plus de profondeur. En effet, BPM propose de nombreuses choses mais de façon limités. La gestion est ici ramené à sa plus simple expression que ce soit dans les menus contextuels ou les matches. On peu gérer les contrats, créer ou plutôt choisir des systèmes composer son équipe, participer à la draft, recruter qui on veux mais ça s’arrête là! Pas de gestion d’humeur des joueurs, pas de consignes avant, pendant et après match, peu de possibilités pour encadrer les entraînements, pas de gestion publicitaire bref on avance sans trop prendre de risques et vu que les matches se résument à la composition d’une équipe et quelques modifications en cour de jeu comme demander plus de pressing, on finis par jouer en “simuler” pour finir vite une saison auréolé de 84 matches hors play-off.

Basketball-Pro-Management-2015

Rookie Balboa

Alors prenons du recul sur ce jeu, histoire de ne pas le “massacrer” comme certain vont surement se faire un plaisir . Il est clair que Umix et Cyanide n’ont pas les moyens de Sega ou EA. Oui ils auraient pu faire un effort et proposer plus de possibilités pour les utilisateurs avertis comme moi mais il est clair que ce jeu s’adresse particulièrement à ceux qui veulent découvrir la gestion sportive sans pour autant sortir des dictionnaires et se perdre dans des millions de lignes de stats.

BPM se veux accessible, simple, rapide sans pour autant être absolument efficace. Du coup si le jeu sera bien évidemment trop juste pour les connaisseur (et c’est peu de le dire) il reste une formidable entrée en matière pour les plus jeunes ou les non initiés.

Basketball-Pro-Management-2015

Au parquet devant le juge

On passera rapidement sur un moteur 3D très sobre mais joli auquel on préférera largement la vue 2D pour vous donner notre verdict.

BPM ne mérite pas la prison, disons plutôt qu’il est en sursis pour les initiés et qu’il peu s’avérer comme une porte d’entrée vers la gestion sportive pour les plus jeunes. Si BPM veux dire “Beats per minute” ou “Battements par minute” en musique il faut quand même bien avoué que le rythme est très léger, trop peut être. La faute à un manque de profondeur dans les choix possible en match ou en dehors. Il y a pourtant de la place pour faire quelque chose de vraiment sympa, au même titre que son cousin Pro rugby manager.

Alors chez PNG nous ne sommes pas du genre à défoncer les petits studios. Pour le coup on donneras la moyenne, une moyenne d’encouragement pour inciter Cyanide à augmenter les moyens pour que BPM puisse dans les années à venir, truster le label “gestion” avec le torse bombé. Et pourquoi pas de simples maj pour étoffer son titre et le rendre plus attrayant?

Pour l’heure il reste un jeu accessible mais limité qui ne peu donc prétendre à mieux et je ne saurai le conseiller qu’aux plus jeunes et aux passionnés de Basket qui ne veulent pas se prendre la tête.

Les plus:

Interface claire,

Musiques très bonnes,

grosse base de donnée….

énormément de championnats,

moteur 3D sympa…

Les moins: 

Pas assez de choix

Gestion limitée

…..mais pas de licences

matches sans intérêts

….mais pas de plein écran

 

 

 

 

Test: Basketball pro management 2015 (pc)
Noter cet article
REVIEW OVERVIEW
moyen
SHARE
Article PrécédentBorne d’arcade : enfin terminée
Article SuivantTest: Rugby 15

Vieux briscard débarqué des 80’s qui se nourrit de rock, de vrai rap us, de nba etc . Je découvre les jeux vidéo en 1989 sur un Amstrad CPC 6128 et depuis ma vie est un bordel jeux vidéoludique !

1 commentaire

  1. Lol les noms me font penser aux premiers PES avec Zidern.

    Il peut trouver son public car je n’aime pas trop me prendre la tête avec trop d’options. Mais ça aurait été top de laisser l’utilisateur choisir dans les options.

    Il est seul sur la simu de basket où il y a d’autres licences ?

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here