Mario-Gotze-ambassadeur-Konami2Ils l’avaient promis, Konami se donnerai à fond pour proposer un gameplay totalement repensé dans cet épisode 2015. Pari tenu? Petit aperçu à travers cette preview (PS3)

Au lancement du jeu on découvres des menus classes rapides qui tranchent directement avec la lourdeur de ceux de PES14. Tout est clair et vif. Le temps de faire quelques réglages de circonstance et de choisir parmi les équipes proposées par cette démo. (Barça, Real, Bilbao, Bayern, Napoli, Juventus, Athletico, ).

Début du match après une présentation rapide et tout de suite on se rend comptes qu’on as plus du tout affaire au même jeu qu’avant. PES est métamorphosé comme jamais. Le jeu est posé, les passes s’enchaînent avec fluidité, l’IA fait des appels logiques et gèrent parfaitement les lignes. Wouah mais que ce passe-t-il? Après tout une génération de déceptions il semblerais que le roi soit de retour.

En effet chaque aspect du jeu semble avoir recréer le football virtuel. Déjà graphiquement le jeu en jette vraiment, même sur cette bonne vieille PS3. Les animations sont criantes de vérités, chaque joueurs de cette version est reconnaissable, le public est très bien animé et les arènes vivantes, le tout sans presque aucun aliasing.

PES-2015-First-Screenshots

(les joueurs sont modélisés à la perfection)

Ce qui choc c’est que PES peaufine chaque éléments du jeu comme jamais aucun jeu de foot ne l’avais fait. Les collisions entre joueurs ne pénalisent plus comme avant, la dynamique de balle est juste excellente que ce soit sur les phases de jeu ou les tirs qui eux sont d’une pureté incroyable. Vos co équipiers viennent faire le pressing à deux si nécessaire, bouchent les trous, prennent les couloirs alors que la défense tente à tout pris de casser vos actions de plusieurs manières différentes. Les phases de coups de pieds arrêtés sont aussi une amélioration de la version 14, avec le même système en mieux. De même la retranscription des gabarits change tout. Chaque joueur a sa propre inertie et selon ses qualités, son poids et sa taille tout comme sa position la prise de balle ou les actions en seront grandement influé. Le croisement de toutes ses qualités donnent un ensemble passionnant.  Il est clair qu’au moment ou j’écris ces lignes, en terme de gameplay, Fifa est complètement largué.

Autre point qui était inquiétant: la gestion des gardiens. Il faut le dire c’était le grand point faible de PES mais ça c’était avant……..Ne vous étonnez plus de les voir sortir loin en cas de nécessité, d’aller boxer les balles hautes, de vous “pousser” pour se faire respecter dans leur surface car les gardiens de ce PES15 sont juste parfaits, au détail prêt qu’ils relâchent un peu trop souvent la balle sur les tirs de loin mais tout bien réfléchis, en vrai il est très dur de capter un ballon puissant. De même ils font preuve de réflexes au près. Une phase m’a fait rire en voyant Manuel Nueur (Bayern/Allemagne) sortir chipper le ballon loin de sa ligne pour couper une passe en profondeur. Ceux qui ont regardés la coupe du monde verrons de quoi je parle!

DSCF3598

 

(photo prise avec un APN sur mon écran)

 

De même une autre chose assez formidable réside dans la mise en place de tactiques en temps réel. Grâce à la croix multidirectionnelle et à l’instar de Fifa, il vous sera facile de faire descendre vos lignes ou l’inverse et de demander un pressing. D’ailleurs cela ne se fait pas sans heurts et c’est là ou se trouve le coup de génie. Un pressing acharné entraînera une fatigue importante de vos joueurs. Jusque là rien d’anormale sauf qu’un joueur fatigué passera moins bien, ne se replacera plus de manière lucide et fera preuve de maladresse et de mollesse sur ses tirs et centre. Comme ça ça n’a l’air de rien mais sur l’ensemble d’un match les conséquences peuvent êtres lourdes établissant ainsi une nouvelle norme dans la gestion des joueurs et de l’énergie.  Ainsi si on ne coach pas bien ou utilisons mal nos joueurs, les fins de matches deviennent compliquées et les espaces s’ouvrent selon les situations.

DSCF3599

(photo prise avec un APN sur mon écran)

Au chapitre des défauts, pour le moment, je n’ai noté que des lignes de défenses qui montent un peu trop et qui donc sont encore sujettes au fameux combo L1+Triangle. Une tare qu’il faudra manuellement corriger ce qui peu s’avérer délicat. Espérons que les développeurs puissent le corriger avec la sortie du jeu.

Un dernier mot sur l’arbitrage encore un peu trop timide à mon goût même s’il s’est grandement amélioré depuis l’année dernière. Cependant il reste juste dans ses décisions.

Il reste donc à savoir si PES proposera maintenant un contenu digne de ce nom, des commentaires plus naturels (absent de cette version) et une profondeur de gameplay qui confirme la bonne impression laissée. De même au niveau graphismes le tout est de savoir jusqu’où le très bon traitement des visages ira? On avait notamment vu dans PES14 une équipe de l’OM avec seulement deux joueurs reconnaissables…

En l’état, au niveau du gameplay PES réussi parfaitement son coup et fait passer son concurrent pour un jeu d’une autre époque, niveau gameplay j’entend. On connaissais le principe du Windows bon un coup sur deux, peut être que PES fait la même chose mais une génération sur deux ? Ce qui est certain c’est que cette année il y match entre les deux écoles et ce pour notre plus grand bonheur!

DSCF3601

 

(photo prise avec un APN sur mon écran)

 

Preview: PES 15
Noter cet article
SHARE
Article PrécédentDate de sortie de SingStar Ultimate Party
Article SuivantCharts: Destiny boost la PS4

Vieux briscard débarqué des 80’s qui se nourrit de rock, de vrai rap us, de nba etc . Je découvre les jeux vidéo en 1989 sur un Amstrad CPC 6128 et depuis ma vie est un bordel jeux vidéoludique !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here