300-naissance-dun-empire-poster

 

Il faut bien le dire, 300 a marqué un bon nombre de cinéphiles de part son côté héroïque et une mise en scène surprenante (images, plans, couleurs) accompagnée de combats violents et épiques. Un fin si marquante et frissonnante qu’à l’annonce de cette suite la plupart des gens se sont étonnés.  Personnellement j’étais même plutôt craintif.

300: la naissance d’un empire commence donc du côté des athéniens pendant la bataille de Marathon ou Thémistocle (Sillivan Stapleton) transperça d’une flèche Darius (Nygal Daor) roi des Perses sous les yeux horrifiés de son fils Xercès. Arthémise (Eva Green), passée du côté Perse après avoir été traumatisé, séquestré, violé et torturé par les guerres internes des différents empires grecs (Athènes, Sparte, Troie et Alexandre) convainc alors Xerces qu’il est un dieu roi et de prendre sa revanche sur la Grêce entière.

C’est alors qu’après un dur pèlerinage, Xerces envois ses millions d’hommes envahir la Grêce libre.

Là ou la chose est intéressante c’est que ce deuxième opus commence donc sérieusement du côté Athénien pendant que les 300 Spartiates et leur roi Léonidas résistent aux armées de l’empire Perse.

Thémistocle alors commandant des troupes navales va donc tout faire pour réunir sa nation et obtenir l’aide utlime des Spartiates tout en repoussant la flotte d’Arthémise et de ses généraux. L’histoire va alors tourner entre la dualité de ces deux personnages plus ou moins forts et la recherche d’unification de la Grêce pour vaincre Xerces.

 

Mon avis: 

Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas spoiler. En ce qui concerne cette suite d’une durée de 1h45 mes craintes se sont donc confirmées.

Si les images, les plans et les combats sont toujours aussi maîtrisés grâce au talent de Noam Murro et au scénario de Zack Snyder (Sin city) , 300: la naissance d’un empire se perd rapidement. Les raisons sont multiples.

Déjà le héro principal Thémistocle manque cruellement de charisme. Plus posé, moins guerrier qu’un Léonidas il est aussi moins percutant et souffre de répliques bien moins saignantes. De plus ce personnage montre clairement son dégoût de la guerre et sa recherche rapide de paix, sa peine de perdre des hommes là ou Léonidas gouttais le sang de ses ennemis et souriait avec fierté de voir ses soldats se faire transpercer de lames Perses. (ah ah une lame ça perce! ) . Un contraste entre les deux personnalités qui aurait pu être vraiment intéressant mais qui a été terriblement mal géré. Le fait est qu’a aucun moment le spectateur ne se met dans la peau de Thémistocle. Heureusement le cas d’Arthémise est beaucoup plus reluisant. Emplie d’une haine éternelle envers sa Grêce natale il faut bien avouer que la délicieuse Eva Green et son regard noir propose un appui et un charisme vraiment saisissant. Malheureusement là encore le personnage va rapidement trouver ses limites. Alors que le film aurait pu l’utiliser comme un personnage vraiment cruel, qui domine Xerces et fait fuir les hommes, Arthémise comme toutes les femmes va rapidement montrer ses faiblesses et casser cet aplomb qui ressort en début de film. Dommage.

300-Rise-Empire-2013-02

 

 

On regrettes aussi que Xerces n’ait qu’un rôle assez mineur mais cet état de fait est plus compréhensible puisque les déroulements sont en parallèles avec sa propre bataille face à Léonidas.

De même les spartiates, hormis sur la fin ne sont que très peu présents dans cette suite qui au final n’en n’est pas vraiment une. Et c’est bien là ou se pose le problème. On se demande si au final ce film n’aurait pas dû se nommer : La naissance d’une empire tout cour sans le nom “300” puisqu’au final à aucun moment  ou très peu il ne traite de la légende de ces valeureux spartiates. On imagines que la raison est commerciale mais du coup cette production souffre directement de son aîné.

 

 

 

Conclusion:

Alors non, 300: la naissance d’un empire n’est pas un mauvais film, loin de là. L’histoire est maîtrisé dans son ensemble, certains moments restent épiques notamment un scène d’amour  absolument géniale, mais il est clair qu’une fois l’effet fan service passé on reste sur notre faim et là ou on remattais 300 à l’infinie, la naissance d’un empire restera comme un bon moment sans plus.

Le manque de charisme des personnages, le scénario pas assez poussé plombes un film qui aurait put être très bon, mais pour cela il aurait fallu exploiter d’avantage les bonnes idées et le côté psychologique des différents protagonistes quitte à pousser l’expérience autour des 3h00. En l’état, La naissance d’un empire n’arrive pas à la cheville de son aîné. Au final ce n’est pas très grave car le film reste assez captivant pour tenir le spectateur pendant l’heure 45 qu’il offre et c’est bien là le principal.

13/20

20535632

 

 

7 commentaires

  1. Merci du Test m73, je me doutais bien que la suite de 300 ne pourrais pas être à la hauteur du premier :/ Mais bon je pense tout de même le regarder un jour.

  2. A noter que l’acteur principal, Sullivan Stapleton, joue aussi un premier rôle dans la série Strike Back. A voir pour ceux qui aiment les séries d’actions, forces spéciales etc … Pas énorme, mais on enchaîne facilement les épisodes un à un 😉

    Moyen de changer le pseudo aussi ?

  3. On m’a dit aussi que l’effet visuel est déroutant, a priori on se demande parfois si c’est du film d’animation ou un vrai film.

    Et puis le 1 est tellement mythique que l’on ne peut-être que déçu d’une suite

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here