NBA Live, un titre qui ne date pas d’hier puisque fort de plus de 20 années d’existences. Pourtant avec l’arrivée de NBA 2K avec SEGA (Visual concept) et au fil des années , la série a perdue de sa superbe, écrasé il est vrai par cette concurrence redoutable jusqu’à même disparaître complètement. Un retour timide en 2014/15/16 ne suffira pas à combler l’écart abyssal entre les deux titres au point qu’une fois de plus , EA décidera de mettre la série en pause. Exit donc l’épisode 2017 pour travailler à fond sur la saison 2018. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’EA n’a pas chômé, loin de là, NBA LIVE 18 est une réussite.

Un gros contenu dans le panier

Déjà et contrairement aux jeux de foot, NBA Live joui des mêmes licences que 2K et a même réussi à choper les universitaires. Le jeu propose tous les modes possibles et immaginables (et habituels ) mais celui qui va particulièrement nous intéresser c’est le mode “l’élu” qui vous propose ni plus ni moins de vivre votre propre histoire en créant votre avatar. A ce propos, EA propose l’application gameface qui permet une modélisation impressionante de votre visage que vous pourrez ensuite importer directement dans le jeu. L’élu donc est une sorte de mix entre un mode carrière classic et le mode “the journey” de Fifa avec un scénario de base et des rebondissements et une partie carrière tout ce qu’il y a de plus général et qui offre une liberté absolue. La présentation, l’enrobage, la documentation du jeu sont absolument gargantuesques puisqu’en plus de toute la NBA, ce mode vous permet de jouer des coudes en Street et EA n’a pas lésiné sur les moyens pour renseigner l’histoire d’un terrain de Boston, ou de relater un fait marquant dans les rues de Chicago. A côté de ça vous avez le packaging habituel des jeux de sports EA donc autant dire que vous n’allez pas vous ennuyer. En outre quelques petites trouvailles sympas viennent encore plus embéllir ce constat. Par exemple vos agents, votre coach ou vos coéquipiers intéragissent avec vous depuis le smartphone. Ca on connaît puisque 2K le fait déjà MAIS selon la réponse que vous formulez, vous gagnerez soit des points de “hypes” soit des points pour acheter du contenu (accessoires, habits etc ) via un système de caisses surprises. Le système d’évolution de votre avatar est lui aussi plus simple et bien plus généreux que celui du rival en se concentrant d’abord sur les points forts et en débloquant au fur et à mesure des capacités (sans devoir les acheter) et la possibilité d’améliorer ses points faibles.

Un gameplay enfin au rebond ! 

Mais le point principal ou NBA Live se faisait laminer était celui du Gameplay. Un dicton chinois dit que “si tu n’est pas capable d’être le meilleur alors fait ton possible pour l’imiter. “. C’est surement pour ça qu’EA , en gardant les bonnes idées des opus précédents, a fortement calqué son jeu sur celui de 2K. Protection de balle, duel au corp à corp, physique de balle, placement des joueurs, défense sérré sans pour autant condamner la construction et la circulation de balle..dès les premières secondes NBA LIVE nous met sur le “cul”. Non pas que ce gameplay soit meilleur que celui de 2K, ce n’est pas le cas, il y a encore un cap à franchir mais ça s’en rapproche très très furieusement. Le jeu est bien plus accessible et un mode apprentissage nous permet de rentrer en douceur dans le monde du Basket si on es pas un dieu. Plus de bug de placement, plus de collisions hasardeuses, plus de dunks venus d’un autre univers dans des positions impossibles. NBA Live a posé son jeu, a mis du poid dans son gameplay et il deviens donc de nouveau super agréable et exigeant. Alors bien sûr il y a beaucoup de points à améliorer dont je vous épargnerai la courte liste car on ne parle pas de corrections mais bien d’évolution, ce qui laisse une belle marge de progression au jeu de EA.

Sexy comme un Jordan

Autre point de satisfaction: les graphismes et l’animation. Ciao le moteur Ignite et bonjour Frosbite. Comme pour Fifa, NBA LIVE profite du moteur de battlefield pour affiner sa physique. Les modèles paraissent bien plus réels, les effets de lumières sont meilleurs, les environnements, l’entourage des terrains criant de vérité. Un énorme “power up” qui fait du bien avec de nombreuses animations rajoutées et un liant général très crédible. Là encore nous n’atteignons pas le réalisme affolant d’un 2K mais le travail fait par EA laisse présager du meilleur et offre tout de même un niveau de qualité qui permet de kiffer nos ralentis.

“let the bodies hit the floor” 

Chose étonnante, les commentaires sont désactivés par défaut. Une fois en “ON” on découvre un jeu bien vivant avec des salles ou des terrains animés et dont les chants et les humeurs remontent parfaitement. Les commentaires en Anglais sont tout à fait satisfaisants alors que du côté de la narration et des musiques c’est parfait. EA a une grande maîtrise de la présentation sur ses jeux de sports et ça se retrouve donc dans ce NBA LIVE avec par exemple des débats télévisés joués en vrai par des acteurs connus de la NBA et de la télé US qui parlent directement de vos performances.

Alors quoi penser de ce NBA LIVE 18 ? Que du bien en définitive. S’il est encore en dessous de son principal et redoutable concurrent, Live 18 a fait un bon colossale et se place comme une alternative très crédible et bien plus accessible. Il a un atout de poids avec son mode l’élu jouissif et très captivant en proposant de tout contrôler et de partir de presque rien en passant sur les terrains des rues les plus emblématiques des USA jusqu’à la NBA et ses paillettes. Sans aucun doutes, NBA LIVE 18 doit attirer votre attention si vous êtes fan de basket, il balaye d’un revers de main les erreurs du passé et offre une perspective d’évolution pour les prochains épisodes qui peuvent commencer à fortement inquièter le rival 2K et finallement c’est peut être là la grande victoire de cet opus.

NOTE: 16/20

Noter cet article
SHARE
Article PrécédentTEST PES 2018: la nouvelle référence !
Article SuivantTEST FIFA 18 : la fin d’une époque ?
Vieux briscard débarqué des 80's qui se nourrit de rock, de vrai rap us, de nba etc . Je découvre les jeux vidéo en 1989 sur un Amstrad CPC 6128 et depuis ma vie est un bordel jeux vidéoludique !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here