WRC4 (PC) 

 

Souvenez vous, en 1994 sur Saturn sortais Virtua Rallye et cartonnais dans les salles d’arcades du monde entier. Par la même occasion le rallye en 3D faisait ses premières armes avec des titres comme V-Rallye mais surtout Collin Mc Ray. Puis ce dernier rentra en concurrence avec la série officiel WRC soutenue à l’époque par Sony sur PS2. Les heures de gloires du rallye sur console avant de tomber dans l’oubli sur la next gen. Oui le premier épisode de Dirt essaya bien de combler le trou mais tomba dans le super cusual assisté et la démonstration à outrance en intégrant plusieurs disciplines.

Puis il y a 4 ans Millestone, ce petit studio Italien décida de se tuer le porte monnaie en rachetant la licence et en développant un nouveau WRC. Si les résultats étaient mitigés tant la réalisation catastrophique et l’éxigeance du titre le desservaient, nous sentions bien que le potentiel était là mais les finances de Millestone n’étant pas les mêmes que les grosses boîtes la suite ne fût pas bien mieux. L’année dernière cependant, le jeu subi une mutation d’ordre graphique avec un nouveau moteur bien plus convaincant et un ajustement important du gameplay qui restait tout de même perfectible. 4 ème jet en ce mois d’Octobre, va t-il être le bon à l’image de son Homonyme PS2 de l’époque?

Un menu bitûme siouplé! 

La première chose qui fait plaisir dans ce nouveau WRC est l’apparition d’un menu bien plus claire et limpide. On as le choix entre course rapide, Rallye, Carrière et Multijoueurs accompagnés des habituelles options. On remarques qu’on perd “rallye légendaire”….Peut être dans un futur DLC.

C’est donc 4 catégories de voitures et les 13 rallye officiels composés par défauts de 6 spéciales distinctes qui s’offrent à vous. Comme dans les jeux Codemaster une voix vous accompagne pour vous guider dans le jeu ainsi qu’une musique sympa avec des vidéos officielles de la saison 2012/2013 en fond de tâche.

Enfin à la hauteur! 

Le temps de choisir une course et nous voilà au départ du rallye d’Espagne en mode “course rapide”. Première chose qui fait mouche: la réalisation. Le progrès est indiscutable et si l’ensemble ne décolle pas encore la rétine on est enfin devant un jeu agréable à regarder. Les effets de lumières sont superbement travaillés, les caisse brillent de milles feux, le goudron se distingue parfaitement des abords avec foule de détails, le paysage s’étend loin et le public autour des parcours paraît bien vivant. Le tout étant dans une fluidité sans reproche. De même l’architecture des spéciales a été complètement repensé avec des parcours plus lisibles et sans “faux pièges”. La seule petite déception viens des vues intérieurs pas assez travaillés bien que correctes.

C’est du lourd! 

Et une fois les premiers tours de roues tournés on se rend compte que WRC 4 pose de nouvelles bases. Sans trahir ses origines exigeantes en terme de précision il n’y a pas photo. Les voitures pèsent enfin leur poid et le transfert de masse se fait bien sentir obligeant les pilotes à anticiper parfaitement les trajectoire sous peine de sanction immédiate. En outre piloter dans WRC semble plus naturel et surtout les voitures fonts vraiment corp avec la surface. Les glissades se déclenches donc plus logiquement et on as enfin la sensation de contrôler parfaitement son véhicule. On notes aussi une grosse amélioration dans la distinction des surfaces. Gare aux passages “2 roues dans le gravier, 2 roues sur le tarmac” vous pourriez avoir de drôles de surprises. Il en va de même dans la neige ou la glisse reprend ses droit mais ou il vous faudra aussi anticiper vos freinages.

Ce nouveau gameplay plus riche, plus agréable et plus précis propulse le jeu au niveau des meilleures simulations. D’un côté il reste accessible mais de l’autre un investissement sera nécessaire pour maitriser l’ensemble de façon jouissive et parfaite.

Complet et prenant

Et il vous faudra donc vous donner pour parcourir les différentes spéciales sans trop “ramasser” car WRC 4 n’est pas là pour rigoler. La moindre choc se paie chers avec une déformation importante des carrosseries, des suspensions qui lâchent, le moteur qui tousse etc etc . Les gros bourrins ou les étourdis s’en mordrons les doigts car sur un rallye il faut rallier deux spéciales avant de rejoindre le parc assistance qui n’aura que 50 minutes pour effectuer les réparations, des réparations que vous êtes libres de faire ou non. Et croyez moi, vous en ferez car la mécanique souffre beaucoup sur les différents parcours que propose le jeu ( 78 au total) et il arrive de perdre l’avant et taper provoquant ainsi la rupture du radiateur qui a son tour provoque donc une chauffe moteur qui perd de sa puissance etc .Un côté très réaliste qui plaira aux férus de simulations qui s’empresserons de désactiver l’affreux bouton rewind qui est la seule faute de goût de ce gameplay. Un choix étonnant car on sait très bien que les jacky du dimanche ne tiendrons pas 5 minutes sur ce jeu et c’est normal pour eux il y a Dirt 3 etc etc.

Un destin glorieux

La partie gameplay étant donc portée à votre connaissance parlons un peu du mode carrière.Après avoir créé son pilote et son copilote c’est un mix de tout ce qui a été fait sur cette série. On rentre en tant que pilote Wild card en R2 pour faire nos preuves avant de se voir proposer des contrats dans cette même catégorie ou autre (WRC catégorie 1,2,3). Mais ne croyez pas vous fighter avec Ogier ou Loëb d’entrée. Il va falloir faire ses preuves pour intégrer les meilleurs Team, d’ailleurs il est dommage qu’on ne puissent plus créer sa propre équipe avec une voiture à nos couleurs.

Un mode carrière qui assure sa présentation avec le classique bureau rassemblant les infos, courses, mails etc etc et des commentaires de vos rivaux entre chaque course. De plus à chaque fin de rallye nous avons enfin droit à un podium et un résumé des autres catégorie sous forme de journal. Des petits détails qui renforcent l’immersion dans le jeu.

On pourras regretter aussi l’absence des SSS diablement jouissives pourtant.

Côté multijoueurs le jeu reprend les mêmes bases que ses aînées avec plusieurs modes de jeu et des serveurs qui assurent de bonnes parties. Je dois bien admettre que pour le moment ils sont un peu vides du fait que le jeu sort à peine ce qui m’empêche de vous donner plus de détails.

Douce mélodie: VRAOUM! 

Un autre point sur lequel le jeu fait un bon de géant c’est les sons. Si les musiques ne sont pas d’une importance primordiales dans un jeu de Rallye, le bruit des moteurs est quant à lui en net progrès. Un travail vraiment convaincant qui donne l’impression d’être dans de vrais voitures de rallye avec leurs spécificités.

Dans un autre registre le contact avec le gravier ou la terre parait d’un réalisme rarement atteint. Cela renforce le plaisir.

Autre satisfaction, le copilote est désormais très précis dans ses notes et reste dans un bon tempo sauf en cas de choc ou il demandera un peu de temps pour refaire surface.

Sur le bon chemin

Pour conclure WRC 4 offre enfin un bon équilibre dans son gameplay , une réalisation très correcte voir agréable (sur PC) et peaufine ses qualités. Sa durée de vie est importante et le multijoueurs devrait prolonger le plaisir. Il y a eu un travail de fond important sur tous les secteurs et cela se ressent dans tous les aspects du jeu .

On peu pester contre une vue interne encore perfectible, le retrait de certains modes ou encore des choses aussi débiles que ce bouton “rewind” (qui permet de remonter dans le temps en cas de crash). Une difficulté en baisse par défaut (réglable) mais ce qui est sûr c’est que WRC4 est à la hauteur de son homonyme jadis maître du Rallye sur PS2. Et pour en être certain j’ai remis ce dernier en route et force est de constater que Millestone surpasse le modèle cette année avec son nouveau bébé.

Si vous êtes amoureux du Rallye ou que vous avez envie de découvrir cette discipline c’est l’épisode ou jamais. D’autant plus qu’a 35 euros (sur PC) ce serait bête de se priver!

 

Note: 16/20 “très bon” 

 

Les plus: Joli, Gameplay, Contenu, Sons, Innertie des véhicules

Les moins: Vues internes, Sensations de vitesse en R2, Rewind pour les kéké, ou sont les SSS? 

 

Config de test: AMD A6 6400K, ATI 7950 with boost, 8GO ram, settings Ultra 1080P 60fps. 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here